CONSEIL / COACHING / FORMATION / CONFERENCE


>RETOUR

« LES NEURONES MIROIRS », UNE DÉCOUVERTE ESSENTIELLE POUR DÉVELOPPER L’INTELLIGENCE ÉMOTIONNELLE, SITUATIONNELLE ET RELATIONNELLE DES MANAGERS
PAR RICHARD BERAHA
TOUS DROITS RESERVES
>Téléchargez le texte en format pdf
La découverte des neurones miroirs

Dans les années 90, Giacomo Rizzolatti[1] découvre que les singes savent « singer » ! Imiter. En effet, un singe qui en observe un autre boire, manger ou se saisir d’une branche, verra les mêmes zones de son cerveau activées que celles de l’animal observé. Il saura alors aisément reproduire par imitation, de façon quasi instinctive, les mêmes gestes. Certains n’y ont vu qu’un apprentissage associatif, mais Rizzolatti et son équipe ont détecté les zones du cerveau concernées, les processus chimiques en jeu et surtout ont isolé des neurones, bien singuliers, appelés neurones miroirs.

Ce process, dénommé système de résonance, existe chez tous les primates. Chez l’homme, sous l’influence de mutations cérébrales complexes dues à l’évolution génétique et culturelle, il apparaît cependant plus étendu[2].

« Les neurones miroirs permettent et déterminent un espace d’actions partagées, à l’intérieur duquel chaque acte et chaque chaîne d’actes, les nôtres et ceux d’autrui, apparaissent immédiatement inscrits et compris, sans que cela requière aucune opération de connaissance, explicite ou délibérée. » 

De nombreux travaux ont confirmé ceux de l’équipe italienne, notamment ceux de Jean-Michel Oughourlian[3], neuropsychiatre et professeur de psychopathologie à la Sorbonne et le neurobiologiste américain, d’origine indienne, Vilayanur Ramachandran[4].


[1] Rizzolatti Giacomo et Corrado Sinigaglia, Les neurones miroirs, Odile Jacob, 2008.

[2] Cette évolution nous aurait libérés de la génétique en augmentant notre capacité à apprendre des autres. Rizzolatti suggère une hypothèse, corroborée par de nombreux travaux : les origines du langage se trouveraient, non pas dans les formes primitives de communication vocale, mais dans l’évolution d’un système de communication gestuelle contrôlé par les aires corticales latérales. Le développement progressif des neurones miroirs chez l’homme aurait constitué une composante-clé dans l’apparition et l’évolution de la capacité humaine de communiquer, d’abord par gestes, puis par son et par mots.

[3] Oughourlian Jean-MichelNotre troisième Cerveau : La nouvelle révolution Psychologique, Albin Michel, 2013.

[4] Ramachandran, Le cerveau fait de l’esprit : enquête sur les neurones miroirs, Dunod, 2011.

Le troisième cerveau : le cerveau mimétique
Le trait d’union entre Soi et Autrui
«J’échange donc je suis » et les limites du paradigme de l’individu « un et indivisible»
La plasticité régénératrice du système miroir : la preuve par l’autisme
Cinq pistes à dégager de ces découvertes scientifiques pour mieux manager, communiquer, influencer, convaincre, motiver
Une sixième piste pour développer l’intelligence émotionnelle, situationnelle et relationnelle : accepter et apprivoiser ses émotions
L’intelligence relationnelle de l’Entreprise et des dirigeants en cause dans le climat morose et pessimiste de beaucoup de salariés et de managers.
COMMENTAIRES
NOM
EMAIL
ENTREPRISE
FONCTION
TELEPHONE

COMMENTAIRES:




RICHARD BERAHA MEDIATION
NEWSLETTER

52 BOULEVARD DE VAUGIRARD 75015 PARIS - FRANCE+33 6 11 43 05 56 RCS PARIS 500 622 477